mardi 4 novembre 2008

Celle qui revenait (encore)


(Oui ben déjà je reviens, je ne vais pas non plus épuiser tout mon temps à trouver un titre convenable et adéquat n'est-il pas?)


Me revoici donc, sous vos applaudissements -ou pas- pour vous narrer quelques unes de mes aventures toujours régies par la poisse évidemment (si vous connaissez un marabout/sorcier/chamane/druide/magicien/magnétiseur... capable de me débarrasser de ma poisse chronique, mon mail est à droite -si vous connaissez Jude Law et/ ou Riccardo Scamarcio, c'est au même endroit merci!!-).


Je sais, vous m'en voulez, j'ai été une mauvaise fille de disparaître si longtemps, surtout que cette fois-ci je n'ai même pas frôlé la mort pour que vous me pardonniez (limite je vous dirai que je mérite le fouet, mais ça en exciterait certains donc je préfère m'abstenir). La raison de cette absence est aussi claire que facile à deviner: une surcharge de travail matérialisée par mes cours, mon travail à l'hôpital tout l'été et le 28ème congrès de la société de pharmacie de la méditerranée latine en septembre.


Oui lecteuse tu as bien entendu -lecteur aussi d'ailleurs mais hélas pour toi, je ne peux pas estampiller la marchandise du traditionnel label rouge, signe de fraîcheur, par manque d'intérêt pour celle-ci-, j'ai passé 3 jours au Palais du Pharo, dans un congrès ne regroupant que des latins et même un Felipe "dou Brazil" sexy puissance 10 (il faut bien que j'aie quelques compensations à ma poisse chronique).


Je ne te ferai pas l'affront de te raconter à quel point c'était bien (en particulier pour le plaisir des yeux -j'adoore joindre l'utile à l'agréable-), à quel point c'était chic, et ce, jusque dans les toilettes! Si si, Toilettes 4 étoiles, avec détecteurs de mouvements pour allumer la lumière, distributeur de solution alcoolique pour désinfecter le siège microbien (et pourtant d'une blancheur immaculée), chasse actionnable par le coude donc plus hygiénique, et robinetterie adaptée pour ne pas avoir à se contaminer les mains en fermant le robinet une fois celles-ci lavées! -Je t'avouerai que sans Felipe, je serai presque tombée amoureuse des sanitaires :p-


Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, j'ai dû me résoudre à quitter -non sans regrets ni pulsions animales lol- le congrès, les bels étalons italiens et espagnols, et mon Felipe dou Brazil, avec des souvenirs plein la tête.

D'ailleurs, juste pour le plaisir des yeux, voici la vue de la baie vitrée et de la terrasse (non tu ne verras pas les latins ici, mes ovaires risqueraient de recommencer leurs crises d'épilepsies et mes hormones à bouillir :p)


Le Fort Saint Jean avec la cathédrale de la Major en fond



le port de Marseille (bouché par la fameuse sardine)

et un lever de soleil sur le vieux port


Sur ce, me revoici donc pour votre plus grand plaisir -on peut toujours rêver-, et pour le mien (enfin j'espère!!)


ps: un peu d'indulgence pour les photos qui sortent de mon téléphone!!

7 commentaires:

Aesa a dit…

En même temps, tu aurais pu rester en contact avec Felipe...je dis ça...

Lyssy a dit…

Oui j'aurai pu, mais lui aussi que je sache avait mes coordonnées non? Mais je peux toujours le croiser au labo, qui sait ;)

Guillaume a dit…

Trop de travail c'est mal, regardez la, la pauvre tellement crevée qu'elle n'a plus la force de se tenir droite en prenant des photos :P

Lyssy a dit…

Et voilà, c'est bien les mecs ça!! Ils trouvent toujours quelque chose à redire :p

uéhtam a dit…

je ne dirais rien sur les photos, n'étant pas photographe moi-même.
ce que je retiens de ton post - outre le plaisir de te retrouver ici - c'est l'aspect fortement sexualisé de ton métier. je ne voyais pas ça comme ça, la pharmacie lol :D
bisous

Lyssy a dit…

Qelle subtile façon de me faire prendre conscience d'arrêter la photo ;)
Pour ce qui est de l'aspect sessuel, c'est l'effet blouse blanche!! Lol
Bisous

Aesa a dit…

Les loulous, vous êtes graves :)